Rimatara : immensément séduisante

Les plages de Rimatara sont réputées pour compter parmi les plus belles de Polynésie. Ici, près du village de Mutuaura, celle de la baie des Vierges. © P. BacchetLe paisible village d'Anapoto vu depuis les collines alentour. © P. BacchetVue de Rimatara avec au premier plan le village principal d'Amaru. La piste de l'aérodrome donne un bon aperçu de la taille de l'île. © P. BacchetLe littoral est riche en formations de corail fossilisé. Généralement appelées feo, ces structures portent aussi le nom de mato. © P. BacchetL'hospitalité n'est pas un vain mot à Rimatara où bonne humeur et sourires sont le quotidien des habitants. © P. BacchetA Rimatara comme dans les autres îles des Australes, la cohésion sociale a une grande importance et la religion en est un des ciments. © P. BacchetA Rimatara comme dans les autres îles des Australes, la cohésion sociale a une grande importance et la religion en est un des ciments. © P. BacchetFin de journée à Anapoto. Après le retour des pêcheurs, leurs pirogues sont alignées et prêtes à reprendre la mer dès le lendemain. © P. BacchetLa rousserole de Rimatara est une espèce protégée et endémique de l'île. Le chien Whisky, dressé à la détection du rat noir, son principal prédateur, intervient efficacement lors de l'arrivée des marchandises par voie maritime. Arr. n° 07729 du 24 08 2018 © P. Bacchet© P. BacchetRetour de pêche : mérous, carangues et nasons viendront agrémenter le repas dominical. © P. BacchetLa topographie de Rimatara a favorisé l'implantation de nombreuses tarodières. La culture du taro est ici une des principales ressources. © P. Bacchet© P. Bacchet© P. BacchetLe remu (Caulerpa racemosa) est une algue savoureuse et abondante à Rimatara. Elle est récoltée par tradition. © P. BacchetLe tressage du pandanus est une institution à Rimatara. Les œuvres confectionnées sont très prisées lors des expositions artisanales de Tahiti. © P. BacchetPatience, dextérité et talent sont les maîtres-mots des artisanes de Rimatara. © P. BacchetPatience, dextérité et talent sont les maîtres-mots des artisanes de Rimatara. © P. BacchetPatience, dextérité et talent sont les maîtres-mots des artisanes de Rimatara. © P. Bacchet© P. BacchetL'art du tressage se perpétue ici au CJA d'Anapoto où les œuvres réalisées par les jeunes élèves sont de toute beauté. © P. BacchetPererina Tehio, Directrice du CJA de Rimatara, le seul des Australes. © P. BacchetRouleau de pandanus © P. Bacchet
Les plages de Rimatara sont réputées pour compter parmi les plus belles de Polynésie. Ici, près du village de Mutuaura, celle de la baie des Vierges. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

Plus petite île habitée de l’archipel des Australes, Rimatara surprend et charme par la beauté de ses paysages et l’authenticité des rencontres qu’elle propose avec ses habitants.

Coup d’œil sur Rimatara

En arrivant par avion, voir Rimatara apparaître lentement à l’horizon est à la fois un émerveillement et le prélude à un dépaysement à venir encore plus grand. De forme ovale et d’un vert éclatant, l’île se démarque intensément de l’océan qui surprend par son bleu Majorelle, couleur du nom de son créateur, peintre orientaliste français qui rendit encore plus éclatant et intense le célèbre bleu outremer en y ajoutant quelques ingrédients secrets. Une couleur dont la réputation est d’être reposante et d’apporter la paix à l’esprit. Ce sont bien les sentiments que procure cette première vision de la petite île des Australes. Ces subtilités chromatiques enseignent aux visiteurs les plus sensibles qu’ils sont bien ici dans un « ailleurs » polynésien où lumières, couleurs, paysages, climat et culture diffèrent des autres archipels. Celui des Australes constitue en effet la frontière méridionale de la Polynésie française. Situées entre 600 et 1 200 km au sud de Tahiti, ses cinq îles habitées se répartissent sur un arc de cercle d’environ 1 200 km, distance entre l’île la plus à l’ouest, Rimatara, et celle la plus à l’est, Rapa. Nous sommes donc ici à une frontière. Peut-être pas le bout du monde, mais le bout d’un monde, celui des Polynésiens. Sur les rivages sud de ces terres, le regard ne rencontre que l’océan Pacifique, immensité maritime qui ne sera interrompue que par les rivages glacés de l’Antarctique, 6 000 km plus bas. Entre ces deux rivages : rien… pas même un caillou, une île. C’est l’immense bassin du Pacifique Sud. Et des eaux bordant le lointain mais finalement voisin Continent Blanc remontent chaque année entre juin et octobre les majestueuses baleines que l’on peut observer près des côtes de Rimatara. Elles viennent se reposer et mettre bas dans ces eaux plus hospitalières. Ce long voyage est aussi fait, bien plus régulièrement par des masses d’air glacé qui rendent le climat de l’archipel plus frais, parfois de manière surprenante, bien que ces îles flirtent toutes avec le tropique du Capricorne.

Le paisible village d'Anapoto vu depuis les collines alentour. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

Petite perle des Australes

Rimatara est la plus petite des îles habitées des Australes avec une superficie de 8,6 km2 seulement et elle est aussi la plus basse puisque son point culminant, le mont Uahu, ne dépasse pas 84 m. Comment une telle petite merveille a-t-elle pu surgir au milieu de cette immensité océanique ? À l’instar de toutes nos îles, Rimatara est le vestige – certes très réduit – d’un puissant volcan né sur le plancher océanique à 4 500 mètres de profondeur et qui, au fil des éruptions, à réussi à s’élever au dessus de la surface. Il a été alimenté par l’existence dans cette région du Pacifique de « points chauds », des zones situées sous l’écorce terrestre d’où remontent, depuis le manteau profond, des panaches de matière en fusion. Le volcan perce alors l’écorce et le plancher océanique, phénomène puissant capable d’édifier ces constructions de laves titanesques. Mais les points chauds sont fixes tandis que l’écorce terrestre se déplace : ici, en direction du nord-ouest et à une vitesse moyenne de 11 cm par an. Du coup, au fil des temps géologiques, le volcan se voit privé de sa source d’alimentation. Son activité décline et cesse. Sa partie émergée subit l’érosion marine et climatique. Tel fut le destin de Rimatara. Sa partie centrale, si charmante avec son alternance de vallons et de petits plateaux, est bien le reste de ce volcan initial.

Vue de Rimatara avec au premier plan le village principal d'Amaru. La piste de l'aérodrome donne un bon aperçu de la taille de l'île. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
Le littoral est riche en formations de corail fossilisé. Généralement appelées feo, ces structures portent aussi le nom de <i>mato</i>. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
L'hospitalité n'est pas un vain mot à Rimatara où bonne humeur et sourires sont le quotidien des habitants. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

On y trouve cette terre rouge caractéristique de l’île issue de la dégradation des matériaux volcaniques originels. Et si cette île haute est si « petite » c’est bien parce qu’elle est la plus ancienne de l’archipel : sa formation remonte à 20 millions d’années, puis après l’arrêt de l’activité volcanique, 15 millions d’années auparavant, l’érosion a eu le temps de faire son œuvre. Une autre aventure notable est venue marquer son destin. En raison de mouvements très localisés de la croûte terrestre, l’île fut soulevée rapidement de plusieurs mètres. C’est ce qui explique la présence sur son littoral de falaises calcaires d’origine coralliennes, appelées mato, pouvant atteindre une quinzaine de mètres de hauteur. Il s’agit en fait de son ancien récif corallien aujourd’hui hors d’eau. Cette particularité géologique constitue un des grands charmes de l’île car elle a créé un littoral de belles plages de sable blanc entrecoupées de criques rocheuses aux eaux calmes et limpides, plus particulièrement dans sa partie sud et sud-ouest. Un littoral typique que l’on trouve dans sa plus belle expression entre les localités de Mutuaura et Anapoto. Le site le plus célèbre est la baie des Vierges, aussi nommée bain des Vierges, près de Mutuaura. D’autres merveilles sont cependant à découvrir et à parcourir comme la belle et grande plage de Mutuaura bordée par le motu Rama et le motu Uta. La nature a donc fait ici une œuvre utile et belle comme elle sait si bien le faire en prenant son temps.

A Rimatara comme dans les autres îles des Australes, la cohésion sociale a une grande importance et la religion en est un des ciments. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
A Rimatara comme dans les autres îles des Australes, la cohésion sociale a une grande importance et la religion en est un des ciments. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

Des Polynésiens installés depuis un millénaire

Comme les autres îles de l’archipel, Rimatara fut peuplée par les Polynésiens un millénaire auparavant. Les spécialistes estiment que les Australes furent le dernier des cinq archipels de notre territoire à avoir été colonisé. Bien qu’ayant des rapports et des échanges fréquents entre eux, ces archipels développèrent chacun une identité propre lors de ces temps qualifiés de pré-européens (c’est à dire antérieurs aux premiers grands contacts entre ces deux civilisations vers la fin du XVIIIe siècle). Il en fut de même aux Australes et l’isolement de ces îles séparées par plusieurs centaines de kilomètres de mer leur permit de développer et conserver des spécificités culturelles. Ainsi, la langue parlée à Rimatara, le Reo Rimatara, présente des différences avec les langues des autres îles de l’archipel bien qu’elles appartiennent toutes à la famille plus vaste du Reo Tuha’a Pae, la langue propre à l’archipel. Il est établi que, lors de cette période pré-européenne, Rimatara et sa voisine Rurutu n’étaient pas des entités vivant dans l’isolement mais que des échanges maritimes réguliers se faisaient avec les îles des Gambier, de la Société, et de l’archipel des Cook. Dans sa partie méridionale, les Southern Cook Islands, présentent de grandes similarités tant culturelles qu’environnementales avec les Australes Ouest. Dans cet archipel indépendant resté longtemps sous domination coloniale britannique, l’île de Mangaia, distante seulement de 530 km de Rimatara, est aussi un atoll soulevé de forme circulaire où se pratique la culture du taro et du noni. Ces points communs démontrent la continuité et la cohérence du monde polynésien par-delà les frontières créées par les colonisateurs européens au XIXe siècle. Quant à ces derniers justement, ils n’abordèrent pour la première fois les rivages de Rimatara qu’en 1811, pratiquement un demi-siècle après leur arrivée sur ceux de l’île de Tahiti. Ils ne s’aventurèrent guère en effet, pour le moins au début, dans la mer des Australes aux conditions de navigation plus dangereuses.

Fin de journée à Anapoto. Après le retour des pêcheurs, leurs pirogues sont alignées et prêtes à reprendre la mer dès le lendemain. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

L’un des impacts immédiats de cette rencontre fut hélas les terribles épidémies de nouvelles maladies apportées par ces visiteurs du bout du monde et contre lesquelles les populations locales n’étaient pas immunisées. Ce phénomène toucha toute les îles et Rimatara ne dérogea pas à la funeste règle. L’île ne comptait plus que 200/300 habitants vers 1823, selon le témoignage du missionnaire protestant John Williams qui s’y rendit. Avant l’arrivée des Européens la population avait été estimée à 1000/1200 âmes, niveau qu’elle a, par ailleurs, presque retrouvé aujourd’hui. Affaiblis, se sentant sans doute abandonnés par leurs dieux et désemparés face à l’impuissance des ressources issues de leur société traditionnelle face aux divers fléaux, les habitants se convertirent au protestantisme et se mirent sur la voie de l’européanisation. La saignée démographique se traduisit aussi par une mutation profonde de l’habitat. Autrefois dispersées sur les terres de l’île, les populations se rassemblèrent en village dont les centres étaient ces nouveaux lieux de culte, fortement incitées en cela par les missionnaires qui pouvaient ainsi mieux contrôler leurs ouailles.

Ainsi émergea l’organisation spatiale actuelle avec les localités d’Amaru au nord-est de l’île (289 habitants), Mutuaura où Motua’ura au sud (315) habitants) et Anapoto au nord-ouest (268). Au niveau politique, alors que dès le milieu du XIXe siècle une bonne partie des îles formant l’actuelle Polynésie française était déjà placée sous protectorat français, il fallut attendre la toute fin de ce même siècle pour que le pouvoir colonial s’intéressa à ces terres du bout du monde que sont Rimatara et Rurutu. Pourtant, les Anglais étaient en embuscade après avoir imposé leur souveraineté dans l’archipel proche des Cook… Mais malgré la volonté des missionnaires anglais de voir tomber l’île dans l’escarcelle de la Couronne, ce fut bien le gouverneur Gallet qui se rendit à Rurutu et Rimatara pour prendre possession de ses deux terres au nom de la France. Et, en 1901, Rimatara devint donc la dernière île à être annexée officiellement par la France après que sa reine Tamaeva V eut accepté cette « protection », mettant fin en grande partie au pouvoir de sa lignée qui avait pris naissance au début du XIXe siècle. Cette dernière, qui fut cependant autorisée à régner « symboliquement » jusqu’en 1923, date de sa mort, fut l’ultime reine de ce qui était appelé à l’époque les Établissements français de l’Océanie.

La rousserole de Rimatara est une espèce protégée et endémique de l'île. Le chien Whisky, dressé à la détection du rat noir, son principal prédateur, intervient efficacement lors de l'arrivée des marchandises par voie maritime. <a href="/philippe-bacchet-photographe">Arr. n° 07729 du 24 08 2018 © P. Bacchet</a>
<a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
Retour de pêche : mérous, carangues et nasons viendront agrémenter le repas dominical. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
La topographie de Rimatara a favorisé l'implantation de nombreuses tarodières. La culture du taro est ici une des principales ressources. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
<a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>
Le <i>remu</i> (Caulerpa racemosa) est une algue savoureuse et abondante à Rimatara. Elle est récoltée par tradition. <a href="/philippe-bacchet-photographe">© P. Bacchet</a>

Développement du tourisme

Aujourd’hui, Rimatara abrite une population de 870 habitants, ce qui en fait une des îles les plus densément peuplées de toute la Polynésie française. Il faut dire que les ressources primaires ne manquent pas. L’océan environnant est riche, permettant de nombreuses formes de pêches, qu’elles soient côtières ou lagonaires, et des prises diverses en poissons pélagiques et espèces de profondeur. Les terres du cœur de l’île sont fertiles. Le taro pousse en abondance ainsi que les fruits et légumes. Le noni et le coprah sont aussi bien présents. Rimatara est d’ailleurs une des « championnes » agricoles de l’archipel, talonnant des îles disposant de surfaces cultivables beaucoup plus grandes comme Tubuai et Rurutu. L’artisanat est lui aussi très bien implanté avec le travail du pandanus. Les réalisations des artisans locaux sont réputées. Elles sont vendues régulièrement sur les présentoirs des événements et salons de Tahiti. Sur place, le visiteur trouvera aussi son bonheur ! Rimatara fut la dernière en date des îles de Polynésie française a avoir été ouverte à la circulation aérienne, avec la mise en service en 2006 de son aérodrome, après de longues et difficiles années de travaux.

Ce fut un changement majeur pour la population, permettant des déplacements beaucoup plus aisés. En effet, le transport par voie maritime est rendu difficile par la configuration des côtes. L’île ne dispose que de deux petits quais. Marchandises et quelques rares passagers sont débarqués par des baleinières et des barges qui font la navette entre les unités de fort tonnage, au large, et la côte. Lorsque la météo se dégrade, l’exercice devient très périlleux, voire impossible. L’ouverture à la circulation aérienne a laissé entrevoir la possibilité d’un développement du tourisme en s’appuyant sur les atouts tant naturels qu’humains de l’île. Parmi les points forts, se trouve la présence du fameux ’ura, perruche endémique de toute beauté que l’on peut facilement observer. Moins connue, l’observation des baleines est elle aussi aisée car elle peut depuis le rivage et à partir des hauteurs voisinant la côte. Mais l’atout maître de l’île, en dehors de ses paysages, de sa faune et de sa flore est bien d’être une destination où l’authenticité n’est pas un vain mot ou une formule publicitaire. Le visiteur plongera dans cette vie insulaire polynésienne si particulière, au rythme de la nature et de ses merveilles, déconnecté des choses futiles. Sur cette si petite île, l’humain en redevient grand et important. Un retour aux sources agréable et salutaire.

Ludovic Lardière

Tressage : lien entre tradition et création, entre passé et futur

© P. Bacchet

Le tressage du pandanus est une institution à Rimatara. Les œuvres confectionnées sont très prisées lors des expositions artisanales de Tahiti. © P. Bacchet

Tressage : lien entre tradition et création, entre passé et futur

Il n’est que 9 heures du matin mais une chaleur humide saisit déjà toute l’île. Il vaut mieux éviter les rayons d’un soleil déjà ardent en cette pleine saison chaude. Bien à l’ombre, sur la terrasse de leur petit fare dans la localité d’Amaru, Raumearii, Léa et Rhycenda sont à l’ouvrage au milieu des rouleaux de pandanus, des paniers et autres chapeaux en devenir. Il faut rattraper le temps perdu ! Ces dernières semaines, le temps a été à la pluie, et du coup la matière première est venue à manquer pour tresser. Impossible de faire sécher rapidement et correctement, les précieuses feuilles qui en sont la base. Le pae’ore ou raufara (Pandanus tectorius variété laevis de son nom scientifique) est abondamment présent à Rimatara. On le trouve aux détours des routes traversières et côtières, souvent à l’ombre des purau (Hibiscus tiliaceus) et des cocotiers car les feuilles exposées directement au soleil seront plus dures et donc plus difficile à travailler. Cette variété de pandanus a la particularité d’avoir des feuilles sans épines. Elle est issue d’un long et patient travail de sélection pour aboutir à la variété la plus adaptée à cet usage particulier et Rimatara en est le premier producteur de l’archipel.

© P. Bacchet

Patience, dextérité et talent sont les maîtres-mots des artisanes de Rimatara. © P. Bacchet

Une abondance qui ne met cependant pas à l’abri des caprices de la nature, car une fois coupées et récoltés manuellement à l’aide d’un long couteau, les longues feuilles vertes et dures doivent être mise à sécher pendant plusieurs semaines. Une durée qui varie selon la météo et avant que le soleil ne revienne en force ces derniers jours, la pluie et l’humidité se sont abondamment invitées sur l’île. D’ailleurs, dans le jardin du fare de nos hôtes, on s’active pour profiter du retour en force du soleil et étendre les grandes et belles feuilles. Une fois séchées, elles sont enroulées sur elles-mêmes. Une partie de la production est exportée sous cette forme afin de couvrir les besoins des artisans de l’archipel de la Société, mais aussi pour fournir les groupes de ’ori Tahiti, la danse tahitienne, dont les superbes costumes végétaux font la part belle au tressage du pandanus. Une autre partie est destinée à la centaine d’artisans que compte l’île et parmi lesquelles figurent Raumearii, Rhycenda et Léa. Cette dernière nous montre comment elle réalise la découpe des feuilles de pandanus séchés en brins avec une simple épingle et, aussi, beaucoup de dextérité… Les feuilles sont découpées dans leur longueur en brins de dimensions variable suivant l’usage auquel ils sont destinés : les plus larges pour des nattes, ceux plus petits pour la réalisation de vanneries, et les plus fins, de quelques millimètres, sont généralement réservés aux chapeaux. C’est un travail long, difficile et méticuleux. À l’observer ainsi, on en réalise toute la valeur ! Léa abandonne temporairement le chapeau qu’elle est en train de réaliser pour nous emmener plus loin dans la propriété. Là, de grandes marmites chauffent sur des réchauds à gaz. Des rouleaux de pandanus sont « cuits » durant de longues journées avec des écorces d’arbres qui vont les teinter. Un colorant 100 % naturel pour une filière qui peut se vanter d’être « bio », en quelque sorte ! Ici, pas de traitement chimique ni de mécanisation à outrance nécessitant des montagnes d’emprunts bancaires pour l’achat de matériel, mais seulement la nature avec son rythme et le travail humain. Savoir-faire et connaissances se transmettent par la pratique et l’observation au sein des familles élargies et des associations. Changement de lieu, mais nous retrouvons la même passion et le même travail au Centre des jeunes adolescent (CJA) d’Anapoto. Présentes dans de nombreuses îles, ces structures éducatives – 21 au total, regroupant 573 élèves – sont d’une grande importance pour une partie de la jeunesse du pays et particulièrement celle des archipels, accueillant dès 12 ans pour les plus jeunes, les élèves en difficulté scolaire – voire en décrochage – dans les filières « traditionnelles ». Il ne saurait être question de les livrer à eux-mêmes en dehors du fait qu’en France, la scolarité est obligatoire jusqu’à 16 ans.

© P. Bacchet

L’art du tressage se perpétue ici au CJA d’Anapoto où les œuvres réalisées par les jeunes élèves sont de toute beauté. © P. Bacchet

Au sein des CJA, ces jeunes peuvent trouver non seulement un cadre d’apprentissage mais aussi des formations pratiques privilégiant des travaux manuels et des savoir-faire concrets. Un autre de leur grand intérêt est la préservation et la transmission des savoir-faire agricoles et artisanaux liés à une île ou un archipel. Celui d’Anapoto, le seul implanté aux Australes, dispose ainsi d’une section agriculture où l’accent est mis sur les cultures phares de l’île comme le taro, de sculpture sur bois et, bien sûr, de tressage. Dans ces deux domaines cités, Rimatara possède indéniablement un réel patrimoine et des spécificités qu’il convient de préserver mais aussi de faire fructifier. Directrice depuis 1992 de cet établissement créé dès 1983, Pererina Tehio nous accueille et nous guide dans la rencontre de la douzaine de jeunes filles et jeune femme de cette section tressage. Réunies dans une grande pièce, elles sont au travail dans la bonne humeur. Pas de professeur mais une transmission des connaissances entre-elles, des plus expérimentées vers les plus jeunes et les plus novices. On s’aide et on s’entre-aide, formant une communauté avec des liens renforcés par la présence d’un internat pour les élèves issues d’autres îles. Ici, la modernité s’est aussi invitée dans cet artisanat d’art séculaire : les motifs de Rimatara et des Australes sont associés – on pourrait dire métissés – avec ceux d’autres horizons.

Fière, une des jeunes élèves montre sur son i-pad des motifs venus des Philippines dénichés sur Internet et qui l’ont inspirée. Il faut bien sûr préserver les traditions, mais elles ne peuvent être figées pour l’éternité telles des pièces de musée en vitrine ! D’autant plus que cet artisanat connaît une forme de renaissance et de nouvelle reconnaissance. Il ne séduit plus seulement les mama, les anciennes générations et les défenseurs farouches de la « tradition ». Les plus jeunes aussi se tournent vers ces réalisations, valorisant les savoir-faire locaux et des ressources renouvelables issues d’un territoire proche. On sait qui a fait, d’où cela vient et comment c’est fait ! Cette tendance apparaît finalement logique dans un contexte plus global de dénonciations des excès de la mondialisation avec ses produits standardisés, sans âme, et, parfois sans éthique. Une certaine jeunesse aisée de Papeete s’entiche même de ces créations au point de laisser dans ses placards les sacs et autres accessoires des grandes marques de luxe mondiales… Bref, c’est devenu « tendance » ! Du coup, il faut des bras ou plutôt des doigts pour fournir les pièces qui seront vendues souvent lors des expositions et salons sur l’île de Tahiti. Il faut aussi compter sur les visiteurs qui ont des coups de cœur et achètent sur place. Comme le reconnaît Pererina Tehio, la demande est maintenant forte. C’est donc au bout de leurs doigts que les artisans de Rimatara prennent en main leur avenir et le tiennent fermement.

Pour en savoir plus sur le tressage aux Australes, on lira avec grand intérêt l’ouvrage Tressage, Objets, matière & gestes d’hier et d’aujourd’hui, Hinanui Cauchois, Éditions Au Vent des îles (2013)

Rimatara : immensément séduisante
Rimatara : immensément séduisante
-
Plus petite île habitée de l’archipel des Australes, Rimatara surprend et charme par la beauté de ses paysages et l’authenticité des rencontres qu’elle propose avec ses habitants.
-
-
Welcome Tahiti
-